Le Grand Panorama : J-5 !

Arles Gravel clos sa saison avec ce Grand Panorama qui permettra, dans la même journée, de parcourir un ou plusieurs circuits sur les sentiers, chemins et routes autour d’Arles. Chacun de ces circuits commence et finit au même endroit, ce qui vous permettra de les combiner comme bon vous semble.

Nous vous donnons donc rendez-vous ce dimanche 27 mai 2018, place de la République à à six heures du matin, où vous pourrez rencontrer les autres participants, et, si vous le désirez, trouver ceux qui souhaitent réaliser le même programme que vous. Que vous choisissiez de faire un, deux ou trois circuits, si vous ne souhaitez pas rouler seul, il y aura d’autres cyclistes de votre niveau et avec les mêmes objectifs. Ces circuits permettront de découvrir, sur des surfaces mixtes purement gravel, les trois paysages emblématiques et fascinants qui ceignent le Pays d’Arles : Le plateau de la Crau, la chaîne des Alpilles, les marais de Camargue. Que vous soyez en solo ou en groupe, du vélo, des paysages et de l’aventure vous attendent, c’est garanti. Pas d’inscription, pas de balisage, pas de ravito, pas d’assistance, pas de classement à l’arrivée, pas de trophée, pas de vainqueur, juste du vélo gravel de 60 à 340 km selon votre choix, du gravel et des paysages en veux-tu-en-voilà pour des cyclistes libres comme l’air, légers comme le vent, vifs comme l’éclair. Y’a pas plus simple. Venez donc, nous on sera là, on vous attend.

Circuit Crau 60 km On quitte Arles vers l’est et on contourne le marais du Petit Clar sur un single arboré et ombragé (km 4), on longe le bord de la Coste Basse (rebord du plateau sédimentaire de la Crau avec sa vue imprenable sur Arles et Tarascon, km 6). S’enchaînent ensuite une succession de chemins blancs, « dirt roads », passages sur terre et sur herbe, en serpentant sur la partie irriguée du plateau, où pousse le fameux foin de Crau. On y verra des aigrettes, des chevaux, pas de moutons mérinos puisqu’en cette saison ils partent aux alpages ; mais on verra leur bergeries aux murs de tapi (mélange de galets, de terre et de briques). Le long des chemins et des petites routes les roubines (petits canaux) à l’eau vive et claire permettent d’irriguer les prairies à foin, l’eau est régulée à l’aide d’un système ingénieux de siphons et de portes métalliques, les martellières. Après s’être habilement glissé sous la Nationale 113 et au dessus de la voie ferrée, on atteindra la bordure de la Crau sèche, ou se sont installés les gigantesques centres de logistique de fret routier (km 22); on traversera le champ d’éoliennes de Saint martin de Crau, histoire de goûter, juste un peu, du bout des pneus, aux secousses brutales des galets de Crau. Au plus sud du parcours, on traversera la crau d’est en ouest pour rejoindre La Tapie Saint Léger et sa magnifique grange à foin toute en bois (km 31,5). La suite du parcours labyrinthique permet de rouler à peu près tous les types de terrains que le gravel a de mieux à offrir : Graviers de toutes formes, de toutes tailles, de toutes couleurs.le retour dans Arles se fera par une zone commerciale (bien pratique pour faire des provisions au cas où, km 52), le pont de Langlois peint par Van Gogh (km 55,5), puis le Musée de l’Arles Antique (km 59,5).

une bergerie dans la Crau

Ne vous y trompez pas, ce parcours est le plus court du panel mais il n’est pas anodin s’il y a du vent, il y fera chaud et même s’il est idéal pour une initiation au gravel, il faudra penser à piloter un petit peu car on est bien sur un parcours avec quelques petits pièges et non pas sur des routes lisses. Il pourra aussi convenir aux spécialistes qui auront besoin d’un complément après un circuit long, ou qui voudraient un premier et bel aperçu de ce qu’est la Crau irriguée.

Circuit Crau 90 km Du départ au km 23, ce circuit est identique au circuit court, mais ensuite la bifurcation sur une route abandonnée post-apocalyptique vous conduira tout droit, après l’étang des Aulnes (km 28), dans l’enfer sec et tourmenté de la Crau sèche (km 33) : Une immense steppe désertique, brûlée par le soleil et balayée par le vent, la réserve naturelle des coussouls (herbes sèches) de Crau, où les galets sont bien pires que les pavés du Paris-Roubaix. Au km 40, on découvrira les bords des marais du Vigueirat et ses élevages de taureaux de combat (km 40) puis le village de Mas Thibert et son ancien camp de Harkis (km 50,8). La piste de Volpelière permettra de longs sprints pour les spécialistes du gravel, jusqu’aux cultures d’oliviers irrigués du mas de la Galère (km 57), puis au km 59 où on rejoindra le tracé du circuit court, après la Tapie Saint Léger (lire ci-dessus).

Les galets de Crau, ça secoue !

Injustement ignorée par les circuits touristiques traditionnels qui privilégient la Camargue et les Alpilles, la Crau est un paysage arlésien unique et particulièrement adaptée à la pratique du gravel, non pas comme une version « light » du VTT, mais comme une découverte de grands espace, un peu à l’image de ce qu’est le gravel aux États Unis. Bien sûr il n’y a pas de dénivelé et les « dirts roads » sont plus roulantes que les DFCI dans les Alpilles, mais les galets de la Crau sont une épreuve terrible, dont cyclistes et vélos se souviendront à coup sûr…

Circuit Alpilles 100 km On quitte Arles par le Nord, en traversant le faubourg ouvrier Monplaisir, jusqu’au bord du canal du Vigueirat, conçu au XVIIIème siècle par un ingénieur hollandais spécialiste des polders pour drainer les marais situés autour de l’Abbaye de Montmajour (km 3). À Fontvieille on affrontera les premiers chemins DFCI (Défence des Forêts Contre l’Incendie) dans les Vallons des Raymonds (km 12) et sur les Crottes d’Aubert (km 14). On longera les Rochers de la Pène et les tours de guet de Castillon (km 22) pour flirter avec le pied du massif d’ouest en est, sur des chemins blancs et des petites routes, via un golf (km 30), un circuit de motocross (km 34), une huilerie (km 35,5) et des champs d’oliviers. Au départ d’Aureille (km 40) où il faudra faire le plein d’eau, on rejoindra les crêtes par la route, avant d’emprunter une succession de DFCI caillouteux qui permettront de refaire en sens inverse, mais en hauteur avec vue plongeante sur le versant sud et le versant nord du massif, la traversée des Alpilles; d’un côté, si la vue est dégagée, on verra la mer, de l’autre, le Mont Ventoux… Dans les vignobles de Sainte Berthe (km 62) on passera sous le château des Baux de Provence, puis au Paradou on découvrira le très discret châteua d’Escanin (km 67). Le Vallon de la Lèque (km 77) nous permettra une dernière ascension sur la partie la plus septentrionale du massif, avec vue sur Tarascon et la plaine du Rhône ; plaine qu’on empruntera via les Ségonnaux (km 91), terres agricoles non abritées par les digues, inondables par les crues du Rhône, qui y dépose son fertile limon.

Les Alpilles, des paysages et des cailloux

Ce circuit a été conçu pour être assez roulant, de façon à ce que les cyclistes souhaitant faire plusieurs parcours le même jour ne soient pas rebutés par trop de difficultés techniques. Les Alpilles sont aussi un formidable terrain de jeu pour le VTT, mais le but ici est bien de proposer un parcours gravel, moins technique, plus roulant, diversifié. Ceci dit, certains passages sont raides, caillouteux, il fera chaud, on traverse peu de villages… Cent kilomètres avec beaucoup de DFCI c’est long et difficile, surtout pour ceux qui ont peu de bagage technique et qui n’aiment pas les cailloux… Avis aux amateurs !

Circuit Camargue 100 km La Camargue est le territoire qui englobe le delta situé entre les deux bras du Rhône, on commence donc ce circuit par une traversée du fleuve via un tunnel urbain étonnant (km 2). En empruntant une succession de « dirt roads » emblématiques de la Camargue (elles sont très roulantes, mais trop abîmées pour être pratiquées confortablement en vélo de route), on découvrira les taureaux de l’élevage Jalabert à la Chassagne (km 20), puis les marais du mas d’Agon (km 24) riches en espèces d’oiseaux. Au Domaine de Méjanes (km 35,5) on rejoindra la piste au bord de l’Étang du Vaccarès (km 35,5) jusqu’au Saintes Maries de la Mer (km 47) où l’on pourra même se baigner (il y a des douches au bord de la plage). Sur près de vingt kilomètres, la Digue à La Mer qui protège les terres agricoles de Camargue du sel méditerranéen permettra de rouler à vive allure entre la plage et les marais. La remontée par les bords de l’Étang du Fournalet (km 74) puis les berges est du Vaccarès (km 78) offre encore des paysages typiques de Camargue : Tamaris, sagne (roseaux), cabanes de gardians… le retour à Arles se fera par le quartier et le pont de Trinquetaille (km 100), offrant une vue splendide sur la ville.

La Camargue est célèbre pour ses taureaux noirs et ses chevaux blancs

Pour les mordus de gravel technique, ce circuit ne présente pas de difficultés particulières : La Camargue est absolument plate, et les propriétaires agricoles (élevage extensif et céréales) interdisent jalousement l’accès aux domaines. On est donc obligé de se limiter aux petites routes et rares drailles communales accessibles. La difficulté repose donc plutôt sur la distance, la grande chaleur surtout en milieu de journée, les insectes, l’absence de ravitaillement, et aussi la potentielle accumulation avec d’autres circuits. Pour les débutants, ce circuit est adapté, mais attention, cent kilomètres sans ombre et presque sans point d’eau, c’est très long…

Circuit Camargue 150 km Ce circuit est le plus long proposé à l’occasion de ce Grand Panorama. Il reprend en partie les caractéristiques du circuit Camargue de 100 km (lire ci-dessus), mais avec plus de « dirt roads » et la Digue à la Mer dans son intégralité, jusqu’à Salin de Giraud (km 87) un village construit en brique rouge par la société Solvay pour loger les saliniers grecs venus travailler sur les tables salantes. La journée risquant d’être très chaude, ce circuit pourtant plat et roulant sera très usant pour les organismes. En cas de vent, il pourrait même être implacable…

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa Camargue : Sea, salt and sun…

Comme pour tous les circuits proposés à l’occasion de ce Grand Panorama, nous conseillons vivement aux participants de prévoir un kit complet de réparation pour au moins deux crevaisons, une protection solaire efficace (casquette sous le casque, lunettes de qualité, crème solaire), protection contre les moustiques, de quoi s’alimenter et au moins 4 bidons d’eau sur le vélo.

formules-GP

POUR RETROUVER LES AUTRES PARTICIPANTS EN FIN DE JOURNÉE, RENDEZ-VOUS AU PUB PADDY MULLINS, 5 BOULEVARD GEORGES CLÉMENCEAU À PARTIR DE 17H00.

3 réflexions sur “Le Grand Panorama : J-5 !

  1. Ça a l’air super chouette mais avec 2 ans de retard…..
    Serait possible d’avoir les traces gpx ?
    Je serai dans la région la semaine prochaine
    Merci
    Sportivement
    Fred

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s