Le Club des Quinze – Gardon Gravel

le-club-des-15

Roch tu nous as régalé. Ça se dit ça, régaler, dans le Gard, hein ? Même Caroline, qui a trouvé au sortir de sa voiture la batterie de son dérailleur électrique à plat, et qui a mouliné pendant quatre-vingt kilomètres sur le 34 X 28, et bien elle avait la banane à l’arrivée. La météo a été parfaite : Grand soleil, pas de vent, tu avais averti les dieux du ciel pour qu’ils se tiennent à carreau, et ils s’y sont tenu. Et ton tracé… Parlons-en de ton tracé. Les quinze cyclistes présents ont pu vivre avec intensité une journée de gravel exemplaire. D’abord, on se chauffe sur les petits chemins sablonneux et plats qui zigzaguent entre les fruitiers de la plaine alluviale du Gardon. Ensuite, on s’élève par ondulations successives, entre Fournès et Estézargues, au milieu des vignes du plateau de Pierredon, couvert de galets ronds et rouges, avec les cheminées d’Aramon et la plaine du Rhône au lointain. L’arrivée dans la garrigue se fait par Castillon du Gard et sa monotrace aux plaques calcaires douces et accueillantes, qui nous propulsent jusqu’aux vestiges cachés de l’aqueduc romain, bien en amont du site touristique du pont du Gard, un aqueduc humble et délabré, tellement authentique et émouvant comparé au monument qu’il desservait de son eau scintillante au temps des César. Après le pont du Gard, tu nous réserves une montée en lacets jusqu’à la crête qui surplombe la vallée du Gardon. Dans ces lacets sévères, le gravier éclatant de blancheur et crissant sous les pneus nous rappelle la valeur de l’effort ; ton choix du château de Lédenon pour le picnic, contre le mur en plein cagnard est parfait, et nous apporte le réconfort.
Tu choisis judicieusement les meilleures monotraces du bois des Coufines, la descente par Poulx précède parfaitement le dernier quart du parcours, avec la calade de Sernhac en point d’orgue, et aussi l’aqueduc troglodyte, personne ne veut en finir, tous roulent jusqu’au bout dans la plus parfaite harmonie et la plus totale béatitude. Oui Roch, tu nous a régalé. Et ce n’est pas parce que j’ai oublié à Arles la glacière avec les bières que la journée s’est mal terminée, parce que grâce à toi, il y avait un tel capital bonheur à la fin de cette journée que mon erreur est passée presque inaperçue. Oui Roch, doublement merci, tu nous as offert une belle journée de gravel, et je te dois une fière chandelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 réflexions sur “Le Club des Quinze – Gardon Gravel

  1. merci Roch pour le tracé et merci Dan pour la médiation, je n’ai pu faire que la moitié du parcours, mais quelle moitié!! Bravo et à bientôt j’espère pour de nouvelles aventures cyclistes

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s