Le tour de Camargue 2017

Nous sommes allés voir la Bête.

Pas la bête immonde bien sûr, pas celle qui rôde dans l’épilogue de la Résistible ascension d’Arturo Ui de Bertold Brecht. Celle-là, nous ne la fréquentons pas. Non, il s’est agit de la Bête du Vaccarès. Celle avec des cornes et des sabots fourchus, celle qui marche comme un bipède et sait parler notre langue. Celle dont les gardians ont peur, car ils la rencontrent au coin des sansouires lorsqu’ils ont des accès de fièvre des marais. Cette bête-là porte en son sein toute la connaissance de la Camargue, ce paysage faussement sauvage car entièrement créé par l’Homme, mais si difficile à pénétrer, traître qu’il est de ses sables mouvants, piquant de ses moustiques, brûlant de son soleil, glacial de son vent. Les grandes propriétés d’élevage extensif, de culture céréalière et de viticulture ne facilitent pas la tâche non plus : Les latifundia gardent jalousement leurs trésors à l’abri de barbelés infranchissables.

Alors, c’est grâce aux conseils que la bête nous a glissés à l’oreille, que nous avons su trouver les chemins de traverses, les digues permissives, les sentiers cachés, pour réussir à vous proposer un périple circonvolutoire qui nous permettra tout de même de percer certains des secrets camarguais : Nous sentirons l’effluve des marais, nous côtoierons le territoire des chevaux, celui des taureaux et celui des toros. Nous surplomberons le fleuve deltaïque, les stations de pompage, les porteaux, les roubines et les égoûts. Nous saluerons les cormorans, les flamants, les aigrettes et les butors. Nous assisterons au combat que se livrent eau douce et eau salée, terre et mer, sable et terre.

Quant à la Bête, nul ne sait encore à ce jour si elle nous fera cadeau de sa rencontre. Elle ne craint pas les vélos de gravel, elle s’en amuse même, et peut-être que nous la frôlerons au détour d’une draille, inconscients de sa proximité car concentrés sur notre pilotage, et elle tapie derrière la sagne, à nous regarder passer d’un œil protecteur.

dessin Cocteau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s